Maxi-enduro : conseils de conduite hors route

Catégories Info

Moto photo

1 Debout sur la route

Se tenir debout sur les repose-pieds n’est pas une habitude esthétique : elle sert à abaisser le centre de gravité de la moto, car la majeure partie du poids du pilote est déchargée sur les repose-pieds plutôt que sur la selle.

Retrouvez des informations supplémentaires ici concernant les intercoms moto.

Ainsi, vous pouvez rapidement équilibrer votre corps en fonction du type d’itinéraire que vous empruntez, changer de direction plus facilement – en chargeant l’une ou l’autre plate-forme – et décharger votre dos des coups qu’il pourrait prendre sur les routes difficiles. Les jambes doivent être légèrement fléchies, les genoux, les mollets et les pieds serrant le cadre et la selle à fleur avec le réservoir. Pour ce faire, vos orteils doivent être appuyés contre le moteur : vous êtes ainsi mieux protégé contre les obstacles bas. Vos bras doivent être souples, les coudes aussi éloignés que possible de votre torse : vous pourrez ainsi réagir plus facilement en cas d’éruption au guidon.

2 Accélérateur, boîte de vitesses, embrayage et freins

Première règle : en accélérant, avancez le corps. Vous évitez de vous accrocher au guidon et perdez (potentiellement) le contrôle du vélo. Cela dit, n’oubliez pas de garder le gaz constant, ou en tout cas en progression/régression bien contrôlée. En d’autres termes, évitez les ouvertures et fermetures brusques, afin de ne pas provoquer de réactions difficiles à contrôler sur le vélo. Sur les sentiers accidentés et tourmentés, maintenez les rapports bas et le moteur allègre, en essayant de ne pas enlever l’essence et, si vous devez ralentir, « peler » l’embrayage. C’est-à-dire, tirez doucement le levier jusqu’au point de décollage, de sorte que l’embrayage glisse légèrement, pour une traction plus douce et plus efficace. Chapitre du frein : en plus d’agir toujours en douceur sur le levier et la pédale, n’oubliez pas de reculer avec votre corps pendant le freinage, ce qui abaisse le centre de gravité et rend le vélo plus facile à contrôler. Il faut commencer à freiner avec le frein arrière, puis agir sur l’avant : si vous avez des pneus avec bande de roulement, vous pouvez oser plus, mais n’oubliez jamais que sur la route de terre, les roues peuvent bloquer avec une grande facilité.

3 Montée, descente et virage

Si le terrain est particulièrement difficile, la seule façon de s’attaquer à une montée est de prendre une grande décision : bas régime – premier ou deuxième – moteur gai et corps réactif, prêt à suivre les mouvements de la moto. Par-dessus tout, ne fermez jamais l’accélérateur, enlevez plutôt l’embrayage : vous pourriez tomber ruinément. Le corps doit rester loin devant, le torse jusqu’au réservoir. Ne jamais tenir le guidon (c’est le signal que quelque chose ne va pas) et garder la vitesse requise par la montée à laquelle vous faites face, c’est le rythme qui vous permet de garder un bon départ sans en faire trop. Lors de la descente, le corps recule en fonction du degré de pente à affronter : le siège peut également atteindre le bout de la selle. Vous devez garder une vitesse raisonnable, parce que si vous freinez trop – toujours sur les deux axes et en douceur – la moto ne peut pas circuler. Engrenages élevés, moteur qui tourne lentement et peler l’embrayage. Cette dernière astuce doit également être adoptée à l’approche d’une courbe, pour ralentir. Montée plate et légère, gaz constant jusqu’au centre de la courbe.

4 Boue et sable

Si vous n’êtes pas familier avec un maxi, la boue peut être presque insupportable avec lui. Il faut toujours garder la roue arrière propre, car elle doit tourner très vite pour se débarrasser de la boue. Par conséquent, vous devez toujours accélérer de manière décisive. La descente est également très difficile, car elle nécessite très peu d’action sur le frein avant – une saucisse sur sol mouillé qui ne donne plus de direction – et une pression alternée sur la pédale avec de fortes accélérations afin de nettoyer le pneu. Cela signifie qu’il faut maintenir des vitesses élevées, ce qui peut effrayer les nouveaux venus. Bref, si vous n’en avez pas vraiment besoin, évitez les sections boueuses. Le sable est une autre affaire, et plus que quiconque, vous cherchez à vous amuser. La règle d’or est un corps légèrement en arrière, des rapports bas, une vitesse élevée et une bonne vitesse : ainsi, l’avant ne coule pas et vous le laissez bouger librement.